Espace réservé

2020 a été une année mouvementée, marquée par la COVID. Nous avons subi de plein fouet la première vague de confinement et la fermeture de nos chantiers. Le télétravail a permis dans un premier temps de maintenir notre activité mais en l’absence de missions terrain, certains d’entre nous ont dû basculer en activité partielle.

La situation, certes critique, s’est considérablement améliorée au deuxième semestre avec une forte reprise de l’activité et une mobilisation de la plupart de nos donneurs d’ordre pour maintenir les missions stratégiques d’entretien du patrimoine.

Comme dans toute crise, cette période de confinement a aussi été riche en opportunités. Nous avons dû déployer massivement le télétravail, un mode de travail attendu par de nombreux collaborateurs.

Mais surtout ce que je souhaitais partager avec vous, c’est le fait qu’en cette période difficile qui frappe tous les continents, on a constaté une volonté généralisée de maintenir l’économie à flot et de préserver un secteur essentiel pour l’ensemble des économies qui est le secteur du BTP.

En France, cette volonté s’est concrétisée par un Plan de relance, fruit de nombreuses concertations qui a permis d’identifier les secteurs clés jugés prioritaires et stratégiques pour notre pays et nos concitoyens.

Pour construire la France de 2030, le plan de Relance prévoit :

# un renforcement de la cohésion des territoires, afin de réduire les écarts de développement entre nos différentes régions,

# une économie plus verte et plus durable, plus respectueuse du climat.

Ce sont donc 100 Milliards d’euros qui vont être engagés sur 2 ans pour accélérer cette transition écologique en portant une attention particulière à nos territoires, avec une volonté affirmée de soutenir les marchés du numérique et de renforcer l’aide à l’innovation.

Concrètement, cela représente plus de 6 milliards consacrés au développement des infrastructures et mobilité verte. Cela veut dire que l’on réaffirme l’importance des grands chantiers urbains de transport en commun, l’importance de la rénovation des lignes ferroviaires.

Plus de 300 M€ seront engagés pour la biodiversité, la résilience et l’adaptation au changement climatique.

Plus de 350 M€ seront affectés à la modernisation du réseau routier national et au renforcement de nos ponts.

Avec l’annonce officielle par l’Etat du lancement d’une mission d’envergure, évaluée à 40 Millions d’euros, de recensement du patrimoine « ouvrage d’art et mur de soutènement » des petites communes, nous voyons se concrétiser toutes les actions de sensibilisation et de recommandations initiées par l’association depuis plus de 20 ans.

Mon message de fin d’année est donc un message d’optimisme, quelles que soient les incertitudes et les difficultés que nous rencontrons en ce moment du fait de la pandémie, et de cette deuxième vague de confinement qui s’avère difficile pour beaucoup d’entre nous, à travers ce plan de relance, nous avons confirmation de la pertinence de nos missions.

L’ingénierie de l’existant a pour vocation une optimisation des travaux d’entretien et une prolongation de la durée des ouvrages, en préservant les ressources naturelles et l’environnement. Nous nous inscrivons parfaitement dans cette volonté de construire et maintenir des infrastructures de mobilité verte, dans cette volonté de renforcer la cohésion de nos territoires, de proposer de nouvelles solutions plus durables et plus digitales.

Je vous souhaite à tous de très belles fêtes de fin d’année, prenez bien soin de vous.

Je vous donne rendez-vous en 2021 pour de nouveaux défis pour l’ensemble de nos métiers de l’ingénierie de l’existant.

Pascale DUMEZ

17 décembre 2020


< RETOUR AUX ACTUALITÉS